skip to Main Content
Mobilité Des étudiants Au Québec Avec Le BCI

Tu cherches à effectuer un échange universitaire hors de l’Union Européenne ? Le Bureau de Coopération Universitaire (BCI) t’offre l’opportunité de faire un échange universitaire avec un établissement québécois ! Dans cet article on t’explique clairement de ce quoi il s’agit et ce qu’il va falloir que tu fasses pour partir profiter de ton échange.

Description du système d’échange du BCI

Anciennement CREPUQ (Conférence des Recteurs et des Principaux des Universités du Québec), le BCI est en fait un groupe d’universités québécoises qui permet la mobilité des étudiants en son sein. Cette mobilité prend la forme d’échanges scolaires entre les universités du Québec et plus largement avec des établissements étrangers membres ou partenaires du BCI. Si la liste des universités partenaires du site se limite aux universités québécoises, de nombreux établissements français offrent aussi la possibilité de faire un échange universitaire au Québec.

Comment faire un échange universitaire avec le Québec ?

Les requis pour participer au programme d’échange

Il n’y a pas de requis particulier : ton établissement scolaire doit être partenaire de ce système d’échange et tu dois y étudier depuis au moins 1 an.

Quelles sont les démarches pour effectuer un échange au Québec ?

Il n’y a pas d’originalités dans ce programme ! Tu vas devoir faire face à l’administration et française et canadienne. Pour commencer, tu dois te diriger vers le bureau des relations internationales de ton établissement et lui faire savoir que tu souhaites partir en échange universitaire au Québec. Celui-ci t’informera ensuite des conditions qu’il faut remplir pour partir en échange car tu n’es sûrement pas le/la seul(e) à vouloir partir et le nombre de places est limité !

Comment s’effectue la sélection ?

La sélection s’effectue de manières différentes selon les écoles car un certain nombre de places est attribuée à chaque école et c’est donc directement à elle de choisir les participants. De manière générale elle est faite à l’aide de tes notes et/ou de ton niveau d’anglais, souvent attesté par un examen (TOEIC, TOEFL). Alors un conseil, bosse bien en cours si tu veux partir à l’étranger dans le pays de ton souhait (ps : le niveau est assez élevé dans les universités du Canada donc tu devras même bosser là-bas !). Au cas où, tu peux toujours trouver un stage à l’étranger ou profiter du PVT pour partir au Canada ou d’autres pays !

Une fois sélectionné(e), ton établissement s’occupera des démarches avec ton établissement d’accueil pour valider ton arrivée au pays du sirop d’érable. Ça sera ensuite à ton tour de jouer et de faire les démarches pour obtenir ton visa afin d’avoir le droit d’y rester étudier.

Attention : les inscriptions se terminent en Janvier pour partir en août de la même année, il faudra donc t’y prendre largement en avance.

Quelles sont les universités membres du BCI au Québec ?

Il faut savoir que tu ne peux pas rejoindre n’importe quelle université de la liste. Les échanges fonctionnent pour ton école et celle du Québec, il faut donc qu’elles s’entendent et que le domaine étudié soit similaire.

  • Bishop’s University
  • Concordia University
  • Université Laval
  • McGill University
  • Université de Montréal
  • HEC Montréal
  • Polytechnique Montréal
  • Université de Sherbrooke
  • Université du Québec (Montréal, Trois-Rivières, Chicoutimi, Rimouski, Outaouais, Abitibi-Témiscamingue)
  • Institut national de la recherche scientifique
  • École nationale d’administration publique
  • École de technologie supérieure
  • Université TÉLUQ

Un des avantages fort de ce programme d’échange est le coût. Si normalement un étudiant québécois s’acquitte d’environ 2500 euros de frais d’inscription, un français faisant un échange au Québec n’a qu’à payer les frais d’inscription de son école en France, soit environ 400 euros.

Quelques conseils pour profiter pleinement de son échange :

Ça y est tu es excité à l’idée d’arriver au Canda ! Mais ce sentiment te fait peut-être oublier certains points importants auxquels il faudra te préparer.

Bien s’installer

Tu dois quand même avoir pensé, si ce n’est, avoir réglé cette question. Sache que bien s’installer est important parce que c’est ton deuxième lieu de vie avec l’université. Si tu dois être bien situé pour tes trajets quotidiens, tu dois également être dans un environnement qui te plait car un logement doit aussi être un espace de vie et de confort personnel. La meilleure solution est sans doute d’opter pour la colocation pour avoir de l’espace, de potentiels amis et donc un espace de vie qui favorisera ton intégration. Attention tout de même à bien choisir ta collocation ; trouver une collocation est assez facile au Québec alors essaye de la choisir directement sur place.

S’ouvrir l’esprit

Les cours ça te connaît et même si le niveau peut être plus élevé qu’en France, tu ne devrais pas rencontrer de difficultés. En revanche, ta vie sociale tu la laisses en France et il va falloir que tu t’y prépares. Tu as de la chance si tu as des connaissances sur place mais ça ne suffira pas, il va falloir que tu t’ouvres l’esprit pour t’acclimater et bouger, c’est une question de survie ! C’est sûrement LE problème le plus répandu et le plus important dans une expérience à l’étranger car l’isolement est l’un des symptômes de la dépression. Le mal du pays c’est aussi le résultat d’un défaut d’intégration alors fais toi violence et bouge, discute, découvre !

Si tu veux en savoir plus sur le Canada ou la vie d’un étudiant à l’étranger, n’hésite pas à faire le tour de notre blog étudiant !

Back To Top